BIOGRAPHIE


Après des études littéraires, Hormoz décroche publications presse et expositions à Paris, New York et Sarajevo. S’ensuit une exposition personnelle « Troubles de l’identité » et un troisième court-métrage « Les lèvres bleues » en 1997, sélectionné dans de nombreux festivals. Ses images se teintent alors d’un érotisme morbide et surréaliste.

Années 2000. Hormoz fixe le monde du nightclubbing pour Nova Magazine, e.m@le et De l’air. Un univers nocturne que l’on retrouve en 2008 dans le long métrage « J’ai rêvé sous l’eau » narrant l’addiction amoureuse et sexuelle. Sorti dans six pays, le film poursuit sa route dans les festivals.

2009 : l’installation photographique « Bestial », un conte visuel sur la fusion homme-animal, s’affiche à la Galerie Nivet-Carzon.

Décennie 2010. Les expositions individuelles et collectives à la Maison Européenne de la Photographie, chez Agnès B, Sophie Leiser et dans des galeries, festivals et foires internationaux se conjuguent à l’édition de deux monographies « Baptême » et « Another ». En même temps, un filtre social se greffe aux nouvelles images sur les SDF, le handicap ou Bourbon Street à La Nouvelle Orléans.

Hormoz enseigne également la photographie au centre social et culturel Avara et organise des médiations culturelles et ateliers expositions cinéma/photo dans les quartiers prioritaires du 10ème 18ème arrondissements de Paris et de la région parisienne avec les associations Ook et CRL10 Château Landon.

Depuis 2014, il prépare sa troisième monographie « Nourrir l’invisible » lors de séjours dans les îles du Pacifique.

Loading